mur porteur

Quand on souhaite rénover sa maison ou refaire son espace intérieur, il est toujours délicat de s’attaquer à un mur porteur. Et pour cause, faire une ouverture dans un mur porteur peut mettre en danger l’intégrité de la maison. On comprend alors qu’il faut mieux prendre de nombreuses précautions avant de percer un mur porteur. Découvrez nos conseils à ce sujet.

Demandez des devis gratuits pour vos travaux >>

Mise en garde

Avant de parler d’ouverture de murs porteurs, il faut rappeler qu’il s’agit de travaux très délicats. Comme son nom l’indique, un mur porteur soutient une partie de votre maison. Il est donc dans votre intérêt de ne pas affaiblir ce mur.

Si vous souhaitez ouvrir un mur porteur pour améliorer l’éclairage d’une pièce ou créer un nouvel espace intérieur, nous aurions deux conseils majeurs à vous donner :

  • Passez par un maçon professionnel : passer par un spécialiste qualifié vous permet de bénéficier de son savoir-faire ET de ses assurances.
  • Ou renoncez à votre projet : dans le cas contraire, le plus sûr reste encore de ne pas ouvrir votre mur.

Gardez en tête que le mur porteur est bien plus important qu’un mur de clôture ou qu’une cloison. Il est donc évident qu’il ne faut pas le percer n’importe comment ni sous n’importe quel prétexte.(Demandez gratuitement des devis de professionnels de votre région pour l’ouverture d’un mur porteur)

Reconnaître un mur porteur

Vous n’êtes pas certain que votre mur est porteur ? Dans ce cas, différentes manières vous permettent de le vérifier :

  • Consultez les plans de la maison ou de l’appartement (les murs porteurs sont indiqués en gras),
  • Demandez son avis à un maçon ou à un architecte.

Dans certains cas, il est très facile de reconnaître un mur -non porteur.

Il faut savoir qu’un mur porteur est forcément solide. Il peut s’agir d’un mur en parpaing, en béton, en brique monomur… mais jamais en plâtre ou en bois !

De ce fait, les murs porteurs sont forcément épais (plus de 15 centimètres) et ne sonnent pas creux.

À savoir : comme nous le montrions ici, il est beaucoup plus simple de percer un mur non porteur que de s’attaquer à un mur-porteur. L’idéal reste donc d’ouvrir uniquement des murs qui ne soutiennent pas la maison.

La déclaration d’ouverture d’un mur porteur

Avant les travaux, il est indispensable de déclarer votre projet aux personnes concernées :

Si vous êtes propriétaire

Si vous vivez dans une maison individuelle, il faut prendre en charge les démarches suivantes :

  • Déclarer votre projet au service d’urbanisme de votre ville,
  • Disposer d’un dossier réalisé par un Bureau d’Études Techniques (BET),
  • Rassembler un état des lieux des maisons mitoyennes.

Si vous êtes copropriétaire

Un résident en copropriété doit forcément recevoir l’autorisation de son syndicat.

Pour cela, il faut rassembler :

  • Un dossier technique réalisé par un architecte et/ou un maçon,
  • Un dossier réalisé par un BET,
  • Un état des lieux des appartements mitoyens.

Il est possible que le syndicat refuse l’ouverture d’un mur porteur en copropriété. Vous n’aurez alors pas de recours et devrez renoncer à votre projet.

À savoir : il est évident qu’un locataire ne peut pas entamer de tels travaux dans son logement.

Des maçons professionnels de votre région évaluent gratuitement votre chantier >>

Les étapes nécessaires pour ouvrir un mur porteur

Pour toutes les raisons évoquées plus haut, il est important de confier les travaux à une entreprise de construction.

Cependant, il peut être intéressant de connaître les différentes étapes par lesquelles passer avant de percer un mur porteur ou de l’ouvrir :

Avant les travaux

  1. Mener une étude de faisabilité auprès d’un architecte ou d’un plombier.

  2. Recevoir l’autorisation de la mairie ou du syndicat de copropriété.

  3. Choisir son entreprise en comparant les devis d’ouverture de mur porteur.

Pendant les travaux

L’ouverture du mur devrait se faire de la manière suivante :

  1. La pièce est vidée, ou les meubles protégés par des bâches en plastique.

  2. L’ouvrier vérifie que l’ouverture ne pas toucher de câbles ou de canalisations.

  3. Le tracé de l’ouverture est porté sur le mur.

  4. Des étais de support sont placés de part et d’autre du mur, pour éviter son effondrement et soutenir le plancher.

  5. Le mur est percé pour recevoir un linteau : un élément solide en béton ou en acier qui soutient le mur au-dessus de l’ouverture.

  6. Après une dizaine de jours, et une fois le linteau parfaitement fixé, l’ouverture peut être creusée.

  7. Une fois l’ouverture terminée, l’ouvrier nettoie la pièce et se débarrasse des gravats.

Quel prix pour faire percer un mur porteur ?

Pour conclure, il faut savoir que ce type de travaux reste assez onéreux. En effet, ouvrir des murs porteurs nécessite un matériel spécifique et prend du temps. Cela se répercute ainsi sur la facture

Prévoyez un budget de 1000 à 4000 € pour l’ouverture d’un mur porteur. Plus l’ouverture est vaste, et plus le prix sera élevé.

Pour faire des économies, pensez à comparer plusieurs devis de maçons et d’architectes de manière à être certain du tarif le plus juste.(Accédez à notre formulaire de demandes de devis gratuits pour vos travaux en cliquant ici)

Important : ne faites jamais ce type de travaux « au noir ». En cas d’accident ou de dégâts structurels, vous ne seriez couvert par aucune assurance ! C’est donc un énorme risque à prendre pour de petites économies.

Vous savez désormais tout ce qu’il y a à savoir avant l’ouverture de votre mur. Besoin de plus de conseils sur vos travaux de maçonnerie ? Notre site vous explique comment monter un mur en brique, étape par étape !